Archive | avril 2014

Exemplarité – un véhicule de la police britannique contrôlé par un citoyen ordinaire

Quis custodiet ipsos custodes ? Qui gardera les gardiens eux-mêmes ? (1) Ce vidéaste britannique a voulu tester le contrôle que les citoyens ont de leurs gardiens de la paix. Il a donc tout simplement effectué une vérification sommaire d’un véhicule de Police (pneus et dispositifs d’éclairage) avant de noter le matricule, l’identité et le rattachement du Constable en question.

Je reste admiratif devant la coopération et l’amabilité du Constable Cawley. Il fait honneur à son institution.

Un bel exemple à suivre et qui s’oppose tristement à cet arrogant policier français mal stationné qui jouais au caïd face à un jeune homme en fauteuil roulant en décembre 2013 (article du Figaro). Il avait fallu une importante mobilisation pour que la Police Nationale et l’agent en question présentent des excuses (article du Dauphiné)

Dans un cas comme dans l’autre, c’est la caméra d’un citoyen qui surveille le surveillant. Moralité : équipez-vous.

(1) Cette phrase, attribuée à Juvénal, a une histoire amusante. Elle est aujourd’hui fortement associée à la notion de contrôle des dirigeants par les citoyens, particulièrement face à un pouvoir arbitraire, corrompu et/ou à l’égard duquel s’exprime une forte défiance. A l’origine, pourtant, sa signification est presque contraire et bien plus triviale : le narrateur s’interroge sur les moyens de contrôler la moralité des épouses lorsque les maris sont absent, puisqu’elles sont capables de séduire les gardiens eux-mêmes !

Publicités

Ecotaxe, Ségolène Royal oublie l’écologie (mais pense aux taxes)

Royal AFP - LIONEL BONAVENTURESégolène Royal, à nouveau ministre de l’écologie (22 ans après), produit déjà ses premières idées pour remplacer l’impopulaire Ecotaxe (ici la synthèse du Monde.fr). Hélas, cette intervention occulte les enjeux écologiques pour se focaliser sur la question fiscale.

Deux axes

  1. Contraindre les camions à emprunter les autoroutes et surtaxer les exploitants autoroutiers sur ce gain supplémentaire. Nos ministres ont perdu l’habitude de conduire en France : les poids-lourds prennent déjà très largement l’autoroute, pour des raisons évidentes de délais et de sécurité. De fait, la proximité des infrastructures autoroutières est l’un des critères essentiels d’une bonne plate-forme logistique. Une mesure sans impact sur l’environnement et inapplicable dans les régions et les destinations peu desservies par autoroute.
  2. Mise en place d’une vignette aux frontières pour les camions étrangers entrant sur le territoire français « sur le modèle de la Suisse » (la référence à la Suisse citée par LeMonde.fr est erronée, voir plus bas). Il faudra rappeler à Mme Royal que dans une Union Européenne dont la clé de voûte est la coopération économique, il est impensable de mettre en place un tel protectionnisme. Peut-être est-ce un moyen politique de désigner le bouc émissaire européen en cas d’échec.

Ironie de l’histoire, Jean-Vincent Placé d’EELV (oui, toujours lui) approuve cette dernière idée : « Si ce sont les étrangers qui paient, ça parait peut-être un peu fantaisiste au départ, mais c’est une piste intéressante ». Les « étrangers », curieuse manière de désigner nos concitoyens européens. Une réflexion par ailleurs bien éloignée d’un objectif écologique car les poids-lourds étrangers ne polluent ni plus ni moins que les français.

Alors quelle idée lui soumettre ?

Déjà rectifier l’erreur sur la Suisse : il n’existe pas de vignette en Suisse pour les camions étrangers mais une RPLP, redevance poids-lourds liée aux prestations qui s’applique à tous les poids lourds, suisses ou étrangers (détails ici). Il s’agit d’une taxe au calcul kilométrique (entre 0,0205 et 0,0310 franc suisse par kilomètre et par tonne, selon les émissions de polluants) dont le but est d’inciter au ferroutage et transport fluvial. Le ferroutage et transport fluvial, justement, restent les parents pauvres de nos politiques. La France dispose pourtant d’infrastructures ferroviaires conséquentes et qu’elle contrôle grâce au monopole de RFF. Et son réseau fluvial est l’un des plus important d’Europe. Cette solution, pourtant efficace et écologique, reste oubliée par Ségolène Royal.

Cet oubli souligne que le souci de nos ministres aujourd’hui n’est pas de réduire la pollution, ni d’améliorer la sécurité et réduire la détérioration du réseau routier français : l’enjeu n’est ni plus ni moins que de trouver la bonne source à taxer, celle qui rapportera autant en étant moins impopulaireAucune logique écologique, aucun sens économique, aucune vision de société.

Pas totalement surprenant lorsqu’on se rappelle que les équipes aujourd’hui aux commandes de l’économie et de l’écologie sont les mêmes qu’il y a 22 ans, et qu’en 22 ans ces deux secteurs n’ont cessé de se dégrader.

A parte:

Ségolène Royal mentionne également l’avantage des camions étrangers qui ne sont « pas soumis à la TIPP » sur le carburant acheté hors de France. Elle ne sait peut être pas que la TIPP est devenue la TICPE  pour pouvoir bientôt taxer aussi la consommation d’énergie des voitures électriques.

Excès de vitesse et trois infractions – Cazeneuve perd 7 points de permis à sa première sortie officielle

lpj cazeneuve

Notre nouveau et bien-aimé ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a décidé de frapper fort en visitant des casernes le 2 avril, quelques heures après sa prise de fonction. Fait intéressant : en rentrant sur Paris suite à ces visites, son convoi est filmé par les équipes du Petit Journal de Canal +, lancé à plus de 100km/h sur un axe limité à 90km/h (3e classe, 1 point de retrait, art R413-154). Il a par ailleurs commis deux autres infractions : un très beau franchissement de ligne blanche (art R414-11) et une très classe éjection de véhicules de citoyens ordinaires de la chaussée en les obligeant à rouler sur le bas-côté (art. R414-10) !

Deux contraventions de quatrième classe, une de troisième classe, 7 points en moins et jusqu’à trois ans de suspension de permis. Tout ça sous une ribambelle de gyrophares qui ne sont justifiés par aucune urgence médicale ni aucun impératif de sécurité…

Le message est clair : les lois, les radars, les limitations de vitesse et le respect des autres, c’est pour vous. Pas pour les ministres.

Reste qu’avec ces seules images du Petit Journal, Cazeneuve perd 7 points de permis et se fait suspendre pour 3 ans. Le budget « stage de récupération de points » de la place Beauvau se porte bien.

Les images de ces infractions sont visibles ici à 3:35

Pour aller plus loin
Dans la catégorie Au dessus des lois, nous avons aussi :