Archive | septembre 2017

Filmer ses déplacements à vélo – quelles raisons, quel matériel ?

Hello !

Cette semaine sur Twitter j’ai été contacté par une utilisatrice qui avait vu le tweet ci-dessus et qui me demandait mon avis sur les caméras. Ce qui tombe très bien car j’adore donner mon avis… La liste ci-dessous a été établie avec les contributions d’autres utilisateurs Twitter, j’ai essayé de les citer tous dans le texte, j’espère ne pas en avoir oublié. Merci à eux !

Pourquoi peut-on avoir besoin ou envie de se filmer à vélo ?

Le besoin de base est d’avoir un enregistreur capable de fournir une preuve en cas de collision ou d’agression (avec une qualité suffisante pour lire une plaque d’immatriculation). Oui une vidéo est une preuve recevable, oui les assurances les acceptent. Ce point est vécu, prouvé et clarifié, plus besoin d’en débattre. Il incite certains à doubler la caméra à l’avant d’une caméra vers l’arrière, car le danger et les agressions viennent souvent de ce côté.

Le besoin est ensuite plus psychologique : lorsqu’un cycliste relate les incivilités quotidiennes des véhicules motorisés (refus de priorité, téléphone au volant, oublis de clignotants dangereux, 2-roues motorisés dans les aménagements cyclables…) il s’entend souvent dire qu’il exagère. Que ce n’est pas si fréquent, qu’il a une « vision biaisée » (expression employée par Christophe Ramon, directeur études et recherche à la Prévention Routière – ce qui dans sa bouche n’est pas rassurant quant au degré de conscience qu’a cette institution de la réalité de la sécurité routière…). Le fait de pouvoir le documenter, apporter une preuve indéniable de ce qu’on vit est précieux. Et d’autant plus dans le cas d’une agression afin de pouvoir partager et faire reconnaître le choc que l’on a subi

Le dernier point est plus global, quasiment sociétal. Si les automobilistes prennent l’habitude de voir des cyclistes avec des caméras ils deviendront peut-être plus prudents à l’idée qu’il peut rester une trace tangible de leurs comportements dangereux.

Quelle caméra choisir ?

Tout dépend de votre usage (simple enregistreur au quotidien ou vidéaste amateur ? Urbain ou sportif ?). Les grandes tendances sont les suivantes

  • Beaucoup de cyclistes sur Twitter ont des GoPro. Ce sont les plus qualitatives globalement : image excellente (surtout la nuit), robustesse, compacité, accessoires nombreux pour les fixer. Elles sont cependant très coûteuses (il faut aller dans les générations précédentes pour qu’elles deviennent abordables. Et tout le monde ne souhaite pas faire de la vidéo niveau professionnel. En GoPro sur Twitter avec différents modèles (des plus anciens, simples et moins cher, aux plus récents qui sont d’une qualité très impressionnante) : @nfrery @ignorantcowboy@raphaelsurcouf, @Latortueavelo@BlancheSab@Mr_tom4 par exemple. @SamNantes aussi je crois
  • En budget plus maîtrisé et bonne qualité dans un boîtier robuste, il y a la Contour Roam (@50_euros, @CyclOptimiste, ou encore @ignorantcowboy comme 2e caméra)
  • En peu onéreux et avec une image de très bonne qualité la Xiaomi Yi (@gitane75 et @GGuigrim par exemple). Si je changeais aujourd’hui c’est sans doute celle que je prendrais (on en trouve pour une soixantaine d’euros en cherchant bien). Elle est directement inspirée de la GoPro donc belle image et tous les accessoires compatibles
  • Il y a ensuite les variantes entrée de gamme dans ce format « simili GoPro » pour un budget de l’ordre de 50€ mais une qualité plus variable:
  • Voire les variantes tout petit budget comme la Hyundai de @lawoner achetée 19€ (!) qui trouve que la qualité est clairement en retrait, surtout la nuit ou la lecture des plaques est difficile. Ce qui est quand même l’une des fonctions premières de la caméra. Elle est aussi utilisée par @RaphaRat

Il y en a ensuite de plus exotiques :

  • Les Cyclic Fly 12 et 6 intègrent des lampes (avant et arrière) de bonne qualité avec une caméra dotée d’un bon optique. Elles sont chères mais comparées à un achat séparé de lampe à batterie + Gopro elles sont intéressantes. Elles enregistrent en boucle. Sur Twitter c’est @loufyla qui en a une à l’avant et une à l’arrière
  • La Panasonic HX-A1 que j’utilise a l’avantage d’être extrêmement compacte et légère (45g et la taille d’un stick à lèvres, elle existe avec un support type “branche de lunettes”). Je la mets sur le guidon avec un adaptateur de fixation GoPro. L’image n’est pas folle (cf. mes vidéos YouTube) notamment trop bleutée à cause d’un souci de balance des blancs, et le son de base est médiocre mais elle est presque invisible (elle passe aisément pour une lampe). Avec 45min de batterie en hiver (1h15 à 1h30 en été) elle est limite pour mon trajet vélotaf et je la charge 2x par jour. Elle n’a pas d’écran de contrôle (je m’en passe très bien). Elle est étanche et antichoc par contre. Pour moi qui cherche de la légèreté et de la compacité c’est ce qu’il me faut
  • Ma femme a une Kodak SP1. Étanche (elle peut filmer sous l’eau), très résistante et vendue avec beaucoup d’accessoires. Sa batterie tient plus de 2h (jusqu’à 2h30 en théorie je crois, jamais allé au bout). C’est une bonne caméra un peu plus grosse que la moyenne qui a juste le défaut d’une image assez déformée aux bords. C’est presque une GoPro qui s’ignore en termes de performance globale pour un budget vraiment intéressant
  • @Mr_tom4 a aussi une Garmin Virb Elite, très orientée sports extrêmes donc résistante, étanche et avec une bonne batterie
  • @GGuigrim a une Drift Ghost HD et en est satisfait malgré son volume (10,5cmx3,3×5,2cm, des dimensions très proches de la Contour Roam, là ou le format GoPro est 6x4x3cm environ). Il a également testé la Storex X’trem 1080p 5Mpx et l’a trouvée très décevante en termes de qualité.
  • Certains fabricants proposent des « caméras lunettes » (lien trouvé par @littlebigfred) mais il semblerait que le résultat ne soit pas probant (autonomie et angle de vision – expérience partagée par @raphaelsurcouf)
  • Enfin il existe des caméras filmant à 360°. Il faut que je retrouve quel cycliste sur twitter avait fait une démonstration [EDIT : regardez le commentaire de D@vid de Vélosophia06 qui donne des exemples avec une caméra entrée de gamme peu onéreuse, et cite des variantes de haute qualité). C’est assez bluffant mais bien sur le volume de données nécessaire est considérable

Où la fixer ?

Ce point-là est le plus personnel. On trouve de tout, le mieux est donc d’essayer plusieurs options et de voir laquelle convient le mieux :

  • Sur le guidon
    • Avantages : le cycliste lui-même n’est pas encombré, le champ filmé est toujours stablesupport camera
    • Défauts : évidemment plus difficile de montrer quelque chose hors champ (il faut parfois tourner manuellement la caméra – j’utilise pour cela un support avec une fixation type GoPro. Par ailleurs en interfile l’image bouge à chaque changement de direction ce qui peut devenir un peu nauséeux !
    • Illustration : https://www.youtube.com/watch?v=tmNvopRY52g&t=3s
    • Illustration 2 avec Bilook le Cycliste https://www.youtube.com/watch?v=qP2l0W9N1JU
  • Sur le cadre :
    • Avantages : image sensiblement plus stable que sur le guidon (pas de micro rotation latérale pour perturber le visionnage)
    • Défauts : beaucoup plus difficile de montrer autre chose que ce qui est directement devant le vélo !
    • Illustration (Mathieu Ruellan) : https://www.youtube.com/watch?v=gupLWARZKK4
  • Sur le casque (pour ceux qui en portent un)
    • Avantages : permet de filmer tout ce que vous voyez, un vrai témoignage en « point de vue » comme disent les anglophones. Si vous changez souvent de vélo c’est également plus pratique (source @chtixof)
    • Défauts : si vous avez une position de conduite très penchée en avant comme sur un vélo de route, vous filmerez le sol devant vous en roulant… Pas idéal. Et par ailleurs je ne serais pas rassuré d’avoir une protubérance sur mon casque (mais je suis parano..)
    • Illustration avec Mathieu Ruellan : https://www.youtube.com/watch?v=qBQlQYuORL8
  • Sur le torse ou l’épaule
    • Avantages : permet de répondre au problème de la protubérance sur le casque et garde l’avantage de pouvoir changer de vélo facilement (notamment pour les usagers de vélo en libre service comme @SamNantes)
    • Défauts : idem au port sur le casque. Et puis on voit les deux bras à l’image
    • Illustration avec Tom4 : https://www.youtube.com/watch?v=yPaRUPndTi8

Que prévoir d’autre ?

Évidemment après la caméra, la carte micro SD est essentielle. Prendre au moins une 32Go (15€ sur internet pour une bonne qualité type samsung ou sandisk) car sinon vous passerez votre temps à la vider (ou alors filmer en boucle avec suppression automatique des segments plus anciens – ce qui est probablement une très bonne solution si vous n’avez pas l’intention de diffuser des extraits choisis tous les jours – en cas d’incident vous aurez toujours la dernière heure de vidéo).

Il faut également prévoir de la place de stockage pour les rushes sur un disque dur.. Le défaut de filmer à vélo c’est précisément la gestion de toutes ces heures d’enregistrement. Il faut arriver à se discipliner si on souhaite en faire quelque chose (ce qui n’a rien d’obligatoire bien sûr).

Pour alléger le stockage on peut également utiliser un logiciel de dérushage comme vidcutter ou MPEG Streamclip pour ne stocker que les séquences intéressantes.

Et un logiciel de montage si vous souhaitez les diffuser ! Mes premières vidéos ont été faite avec Windows Movie Maker (ce qui me vaut quelques moqueries). Depuis je me suis mis à Blender (il faut bien suivre les tutoriels car le logiciel est puissant et complexe) et plus récemment à Kdenlive qui semble plus facile d’accès. Brice Perrin nous rappelle à juste titre que Youtube offre des fonctions de montage simplifié mais efficace pour le floutage dynamique des visages (indispensable si vous souhaitez diffuser vos vidéos)

Dernier point

Les réactions des motorisés aux caméras sont très variées. À la base je pensais que si on avait tous des caméras visibles ça les calmerait. D’ailleurs je n’hésite pas à leur gueuler qu’ils sont filmés et feraient bien de se calmer. Mais pas sûr que ça ne garantisse l’effet calmant. Par conséquent je recommande plutôt de ne pas prendre de risque, parler poliment et s’éloigner des nerveux potentiellement violents. Privilégier un montage discret et se garder soi et la caméra à l’abri des coups .

Bonne route et bon courage !

Publicités